Iron Galaxy et Maximum Games annoncent l’extinction pour Xbox One

Iron Galaxy et Maximum Games annoncent l’extinction pour Xbox One

Dès que tout le monde se souvient, l’humanité a été en guerre avec elle-même. Pendant des générations, les royaumes se sont battus entre eux alors que la menace réelle apparaissait au loin. Seuls ceux formés dans les voies de l’ancien ordre ont la chance de vaincre les ogres de 150 pieds de haut et les armées qui se déplacent dans leur sillage. Lire la Suite »

Cuphead est disponible sur Xbox One !

Cuphead est disponible sur Xbox One !

Cuphead édité par Studio MDHR est un jeu d’action classique et d’armes à feu fortement axé sur les batailles patronales. Inspiré par les dessins animés des années 1930, les visuels et l’audio sont minutieusement créés avec les mêmes techniques de l’ère, c’est-à-dire l’animation traditionnelle dessinée à la main, les aquarelles et les enregistrements de jazz originaux. Lire la Suite »

RAID: World War II Disponible en Précommande sur Xbox One!

RAID: World War II Disponible en Précommande sur Xbox One!

RAID:World War II est un jeu d’action coopératif de tir en première personne Jouable à 4 . Il est édité par Starbreeze Studios et 505 Games , développé par Lion Game Lion . Il sera publié le 13 octobre 2017 pour Xbox One. RAID: World War riche en sensations fortes qui se déroule à une époque où la machine de guerre allemande faisait des ravages. Mme White a libéré quatre prisonniers et leur a donné une chance de se racheter. Lire la Suite »

Call of Duty: WWII Disponible en Précommande sur Xbox One!

Call of Duty: WWII Disponible en Précommande sur Xbox One!

Call of Duty retourne à ses origines avec Call of Duty: WWII, une expérience à couper le souffle qui servira de référence à la nouvelle génération de joueurs. Débarquez en Normandie pour le jour J et combattez à travers l’Europe dans les lieux emblématiques de la plus grande guerre de l’Histoire. Lire la Suite »

 

Test: RAID World War II. Quand ambiance historique rime avec technique archaïque

Editeur: Lion Game Lion        Développeur: Starbreeze Studios      Genre: FPS (solo, coop 4 joueurs)       Thème: 2nd guerre mondiale      Date de sortie: 13 Septembre 2017


Avec l’arrivée de Battlefield 1 et prochainement Call of Duty WWII, on peut dire que la première et seconde guerre mondiale ont le vent en poupe. Et pour cause les joueurs se lasse du futuriste et veulent retourner a la vraie bonne guerre sale et barbare avec des pétoires faites de ferrailles durement travaillées et retrouver ce coté terre à terre troqué contre du jetpack depuis bien trop longtemps. Mais la volonté aussi bonne soit-elle ne suffit pas toujours à viser juste et notre enthousiasme à l’égard de RAID World War II en a fait les frais. Mais avons nous réellement à faire à un pétard mouillé? Réponse tout de suite dans ce test.


 

Ca partait pourtant bien!

Dès le lancement du jeu, une courte video met en scène 4 protagonistes au intentions pour le moins…explicites. La pièce n’est plus qu’un bain de sang et nos amis n’ont plus qu’à se servir afin de dérober des plans avant de s’évader sur fond d’explosion . Inutile de vous dire que ces 4 personnages sont, tout comme la situation, plutôt loufoques et c’est justement ça qui nous a tout de suite charmé. L’aspect comique avec des cinématiques filmées avec de vrai acteurs faisant passer Hitler pour un gamin capricieux nous a submergé de bonheur tant ce genre de caricature se fait rare dans le jeu video (du moins dans le contexte actuel). Une entrée en matière presque idyllique pour un contenu qui, on l’espère offrira les mêmes sensations.

Quelle classe!

Une fois l’introduction à l’ambiance décalée terminée, nous voici dans le menu prêt à partir pour notre première mission, mais d’abord il vous faudra choisir parmi 4 classes différentes ayant chacune des caractéristiques bien distinctes. Si dans l’absolu les 4 personnages sont de toute façon rangée à l’enseigne de destructeurs, les affinité joueront un rôle essentiel selon les missions et surtout si vous décidez de joueur en coop, ce qui est largement conseillé pour des raisons que nous exprimerons un peut plus tard. Vous aurez donc le choix d’opter pour 4 classes altérant ou augmentant certaines facultés. La reconnaissance vous octroiera par exemple une santé très élevé, une vitesse basse et une endurance très correct là ou le démolisseur sera lui très solide mais lent etc. Pour vos premières partie nous vous conseillons de commencer avec un assaut qui nous a semblé être, dans l’absolu, le plus équilibré. Les caractéristiques ne seront pas les seuls facteurs à prendre en compte puisque l’équipe a eu la bonne idée d’ajouter pour chacun des personnages, un pouvoir nommé CRI DE GUERRE qui, une fois la jauge remplis grâce au skill permettra de déclencher une attaque puissante répartie sur deux avantages. Par exemple avec le cri de guerre Franc Tireur pour l’éclaireur, votre visée sera beaucoup plus assisté et vos dégâts à distance feront beaucoup plus d’effet, et ce qui est intéressant c’est que certain cri profiteront également à vos alliés. Ainsi lorsque vous jouez en coop il sera très utile de communiquer à vos amis que vous êtes prêt à envoyer du lourd et si eux aussi…le cocktail risque d’être pour le moins détonnant! Rassurez vous, à chaque missions il est bien sûr possible de permuter sur une autre classe comme bon vous semble.

Oui ca partait bien…même là…

Après avoir choisis vôtre classe vous allez enfin pouvoir partir pour votre première mission afin de vous familiariser avec le jeu, et là encore, les premières impressions nous laisse sur une certaine note d’optimisme. Cette première prise en main se fait donc via une banale mission faisant office de tutoriel avec une progression somme toute assez claire et sommaire. Malgré une certaine lourdeur et quelques imprécisions de dans les déplacements il est pour le moment assez simple de passer les étapes d’infiltration malgré un effet brouillon de ces dernières. Bonne surprise, il est possible de cacher les corps dans des containers ce qui laisse penser que le jeu profitera d’un level design un minimum recherché. Passé cette étape vous pouvez crocheter une caisse d’arme et commencer à vous équiper pour un affrontement imminent au bout de la rue. Après avoir ouvert un portail via une phase de crochetage très simple mais ayant le mérite d’être intégrée, vous voilà face à quelques soldats gardant l’entrée d’une église. D’emblée, cette première phase de shoot laisse quelque peu dubitatif sur les mécaniques et l’IA des ennemis. La visée est bancale, les mouvements de caméra lors de phases de runs donnent la nausée et le pathfinding des ennemis se résume a de simple girouette ne laissant aucune place au covert et autres stratégies. En clair, une certaine inquiétude se fait déjà ressentir quant à la suite des évènements.

Faites comme chez moi

 

 

Une fois vos ennemis éliminé, vous voilà en possession d’une église que vous allez devoir réaménager pour en faire votre HUB principale avec la création de table de mission, d’atelier d’armes ou encore vos défis tel que le ramassage de plaques d’alliés morts au combat. Il faut reconnaître que votre QG est plutôt complet et offre tout le nécessaire à la bonne progression résumant clairement les objectifs indispensables afin de parvenir à débloquer armes, carte de défis et même le mobilier ( totalement inutile au passage).

Tu veux jouer avec? Il va falloir être très…méchant!

Un atout que possède le jeu réside dans la manière d’obtenir les armes et les améliorations de ces dernières qui demanderont différentes conditions pour mettre la main dessus. Avant ca il est primordial de mettre une chose au clair, il vous est impossible de ramasser l’arme d’un ennemi durant les missions, frustrant voir même saugrenu cette initiative a cependant le bon ton de vous forcer a remplir vos objectif afin d’obtenir un arsenal de plus en plus puissant. Si cette idée peu s’avérer frustrante on se rend vite compte qu’au finale elle ne fait que renforcer le sentiment de satisfaction lorsque, enfin vous réussissez a poser vos mains sur une arme qui vous a demandé un nombre presque décourageant de conditions. Au passage notons que le feeling des armes reste pour le moins correct sans pour autant déclancher la frénésie d’un Battlefield. Une fois une arme durement obtenue vous ne serez pas au boute vos peines car il sera ensuite possible de les améliorer via, là encore, des objectifs similaires. Ces améliorations ne réinventent pas le genre mais on le mérite de d’offrir aux joueurs la possibilité d’améliorer les caractéristiques de leurs joujoux préférés, offrant bien sûr au passage une durée de vie nettement augmentée à ceux cherchant sans cesse à améliorer leur expérience de jeu.

Un mode histoire (presque) aux abonnés absents

Si la mise en scène laissait présager un mode histoire fun et garnis de séquences, la réalité en est tout autre… Cette dernière se fait très vite oubliée pour déboucher finalement et tristement sur un enchainement de missions toutes déjà disponibles et jouables dans n’importe quel ordre. Au passage oubliez les opérations qui, si elles se veulent complémentaires, ne sont qu’un enchainement d’objectifs tous plus rébarbatifs les uns que les autres. En clair si il est possible d’effectuer toutes ces missions en solo, nous vous conseillons fortement d’opter pour la coop qui, sans quoi risque que de mettre vos nerfs à vif et vous allez très vite comprendre pourquoi…

Objectif+Mécanique+Game design= OMG!

Lors de votre première mission vous allez vite comprendre que le studio n’a visiblement pas réfléchi aux conséquences d’une accumulation d’incohérences et de maladresses tant ces dernières deviennent toutes plus rédhibitoires à chaque pas. Si vous pensiez pouvoir boucler une mission sans la moindre attaque ou détection c’est tout bonnement impossible. En effet le level design finalement peut poussé ne vous permettra aucune marge d’erreur et ce à cause d’une IA tantôt au fraise, tantôt mutante vous détectant même dans le noir absolu. De plus les éliminations au corps à corps son tellement brouillonnes qu’il est même possible de rater sa cible. Si la plupart des jeux mettent en place un système de collision automatique lors du déclenchement d’une attaque, ici aucune animation ne se manifestera, imputant ainsi le gameplay d’un système qui est non seulement la base même du genre mais endigue également toutes sensations grisantes que procurent ce genre d’interaction. Mais ce n’est que le premier exemple d’une pléthore de soucis qui, vous allez le voir, ont réellement de quoi décourager les joueurs les plus déterminés. Et l’une des raisons pour laquelle  les joueurs risquent de voir leur motivation fondre comme neige est pour le moins machiavélique. Cette raison c’est bien évidement l’IA et un spawn infini d’ennemis. Oui oui vous avez bien lu, dès lors que vous serez repéré, des ennemis sortis de nulle part arriveront sans cesse pour vous empêcher de remplir à bien vos objectifs. Ce qui choque en plus de cette pléthore d’ennemis c’est bien sûr l’IA de ces derniers qui  se jetteront sur vous tels des kamikazes empêchant ainsi toutes possibilité de réflexion stratégique. Pire encore certains ennemis pourraient être cantonnés au rang de girouettes tant leurs déplacements se veulent totalement nébuleux et illogiques. Toutes ces erreur de gameplay transcendent avec tout ce que l’on a pu voir à ce jour dans un FPS. Mais les soucis d’IA ne s’arrêtent pas là puisque si vous avez le malheur de jouer solo, vous vous coltinerez des alliés contrôlés par une IA exaspérante qui ne se souciera jamais réellement de vous ou des ennemis, d’ailleurs ne comptez pas trop sur eux pour vous réanimer car, si généralement l’action se fait sans trop de problème, parfois un allié pourra se trouver à coté de vous, agonisant, sans pour autant lever le petit doigt vous laissant à une mort certaine…

Nous avons notés que même en mode facile certains objectifs devenaient quasiment impossible à remplir tant les réapparitions d’ennemis intempestives vous empêcherons toute possibilité de manœuvre ce qui a réellement de quoi frustrer au point de rage quit. De plus vous serez heureux d’apprendre qu’aucune sauvegarde automatique n’est présente et que si vous mourrez…vous êtes bon pour recommencer…si vous ne ressentez pas une douleur dans le bras gauche et que votre manette est toujours intacte!

Finalement si on devait passer outre ces défauts certes impardonnable, on regrette d’autant plus les objectifs offraient un potentiel plutôt intéressant dans leurs structures avec une progression linéaire mais bien pensée qui, sans toutes ces maladresses en amont, aurait pu rendre les missions un brin intéressantes.

Une esthétique et une technique rouillée

Puisque nous sommes partis dans les joyeusetés faisons un point sur l’aspect visuel qui malheureusement ne fait pas non plus sensation, loin de là. C’est pourtant au départ un élément sur lequel nous aurions pu faire abstraction si, comme dis plus haut, le gameplay et le game design avait su apporter un minimum de satisfaction. Car il faut bien le reconnaître, le titre ne brille pas par ses graphismes qui, même à la sortie de la Xbox 360 en 2005 aurait tout juste reçu la mention “acceptable”. Mais là nous sommes en 2017 et nous avons à faire à un moteur totalement poussif limitant chaque aspect technique au strict minimum. Si la direction artistique reste pour le moins cohérente et respectueuse du contexte historique, l’enrobage fait clairement cheap avec des texture parfois dénuées de filtres ramenant à l’époque PS2 ou le bump mapping ne pointait pas encore le bout de son nez. Les effets de lumière ont clairement subis les foudres d’un Layout totalement négligé, la distance d’affichage se coltine un blur qui, on suppose, est censé permettre au moteur de soufflez et malgré cela un tearing et des chutes de framerates parfois ahurissantes freinent propre et nette toutes lisibilité dans un bazar déjà ingérable grâce au hordes de girouettes peuplant la map. Le soucis du détail n’est pas en reste avec de décors fades et sans vie. Les effets de particules sont quasiment inexistantes et les explosions ont autant d’effet qu’un pétard mouillé. Même si on se doute que le studio n’a visiblement pas le même budget qu’un éditeur de AAA, c’est certainement plus au niveau de la coordination et de l’ambition de l’équipe que le développement n’a pas débouché sur le résultat escompté. Car d’autres studios avec un budget plus serré sont finalement parvenus a nous sortir des titres comme Verdun il y’a quelques mois sur Xbox One et qui, sans être un mastodonte profite d’une direction artistique et d’un gameplay un minimum travaillé.

RAID World War II est finalement l’exemple d’un titre au développement chaotique dont l’ambition fut vite rattrapée par la triste réalité que, parfois l’ambition et le budget ne l’emporte pas sur la passion et la réflexion.

Verdict

Points Forts:

  • 4 classes différentes avec des spécificités bien distinctes.
  • Mise en scène fun et décalée.
  • Armes nombreuses avec un bon feeling et modifiables
  • Système de QG complet, clair et bien pensé
  • Un challenge finalement…évident
  • Coop qui sauve un peu les meubles

Points Faibles:

  • Prise en main lourde et maladroite
  • Mapping des touche peu intuitif
  • Infiltration totalement hors champs
  • IA ennemis et allié au fraise
  • Pathfinding déconcertant
  • Story mode absent
  • Spawn d’ ennemis infini empêchant toute stratégie de combat et même l’accomplissement de certains objectifs
  • Techniquement indigne de cette génération (même de l’ancienne) tearing, blur, textures, clipping, ralentissements, etc
  • Opérations sans intérêt
  • Trop cher pour ce qu’il propose

Test rédigé par: #Rider

 

 

Share Button

Bienvenue sur xboxnewsfr.fr